Retrouvez toutes nos actualités :

EBS Espérance intègre la Cosmetic Valley

Le 19/06/2013

La Cosmetic Valley, labellisée "pôle de compétitivité", est le premier centre de ressources mondial de la parfumerie-cosmétique. Il contribue au développement de la filière cosmétique à tous les niveaux d'intervention.

EBS Espérance s'inscrit dans cette démarche de par ses activités et sa clientèle historique. Depuis l'intégration des Yvelines au territoire de la Cosmetic Valley, EBS Espérance a pu légitimer son savoir-faire pour la sous-traitance dans le monde de la Cosmétique. C'est la reconnaissance d'un travail professionnel depuis toutes ces années.

 

EBS Espérance primée pour le travail des femmes!

Le 15/12/2014

Fier de son prix décerné par la Communauté d’Agglomération des Deux Rives de Seine (CA2RS) pour employer des femmes en milieu industriel, EBS Espérance a une histoire peu banale.

Chanteloup-les-Vignes. Dans la zone industrielle des Cettons, une Scop au nom révélateur “EBS Espérance” (EBS (pour Entreprise à but sociaux-économiques) tourne avec ses 35 à 40 salariés. Fier de son prix décerné par la Communauté d’Agglomération des Deux Rives de Seine (CA2RS) pour employer des femmes en milieu industriel, EBS Espérance a une histoire qui sort du lot. 
Depuis 1986, cette ancienne SARL, est devenue une société coopérative d’intérêt collectif. «C’est le Groupe Relais qui a repris les murs et les personnes qui travaillaient ici afin de poursuivre l’aventure du conditionnement, explique Pierre Mordacq, responsable commercial. Trois personnes parmi les salariés étaient déjà là au tout début.» 
À première vue, EBS Espérance ne diffère pas des entreprises classiques. «On reçoit des produits de l’usine et on en fait des conditionnements spécifiques, poursuit le responsable commercial. On en fait des lots, en fonction des demandes des services marketing.»
Dans un imposant hangar, des palettes de cartons sont en attente de livraison. Plus loin, des femmes travaillent à la chaîne. Elles conditionnent une marque connue de gels douche, vendus en grandes surfaces. On trouve encore des boîtes de thé, des box… «N’importe quelle entreprise peut avoir une commande pour nous.»
Ce qui change, pourtant, c’est son mode de fonctionnement, sa philosophie: «Nous ne sommes pas dans un fonctionnement classique, avec des actionnaires qui s’en mettraient plein les poches», prévient Pierre Mordacq. Ici, les actionnaires ce sont Emmaüs Artois, Le Relais Ile-de-France… «Chez nous, nous recherchons de l’activité, non pas pour faire plus de bénéfices mais pour pouvoir embaucher.» 
Autre spécificité : les salariés doivent décider, au bout de cinq ans, s’ils veulent ou pas être des sociétaires. Et les autres sociétaires s’expriment, par un vote pour accepter, ou non le nouveau membre. Chaque sociétaire possède une part égale de l’entreprise. Il n’y a pas d’actionnaire majoritaire. La Scop présente un fonctionnement collectif, comme une coopérative. «La meilleure période est plutôt en mars-avril. Avec la forte activité du conditionnement liée à la cosmétique, on peut avoir jusqu’à 70 personnes qui travaillent sur plusieurs chaînes en même temps.» 
L’autre spécificité de la Scop est la transparence totale du pouvoir au sein de l’entreprise. Chaque mois, une réunion rassemble tous les sociétaires. Chacun peut obtenir toutes les informations sur la santé de la Scop. «Ils connaissent les chiffres, posent toutes les questions qu’ils veulent, ajoute encore Pierre Mordacq. Chacun est là pour valider les comptes. Il y a ainsi une forte adhésion à notre projet.»
Ultime différence avec les sociétés plus classiques : chez EBS Espérance, les salaires font l’objet d’une totale transparence. Tous les deux ans, ils sont même affichés sur le mur. Enfin, les bénéfices sont pour moitié placés dans l’investissement. Le reste est reversé aux salariés à part égale.

On parle de nous

Le 06/05/2015

Pendant un an et demi, Big Moustache s'occupe seul de sa logistique. Quand les volumes sont devenus trop importants, la start-up a fait appel à la société coopérative et participative EBS Espérance, une filiale d'Emmaüs, qui permet à des hommes et des femmes de se réinsérer. "Ils s'occupent de la préparation des enveloppes, de la mise sous pli et de l'envoi auprès de la Poste. Nous ne voulions pas travailler avec un prestataire classique, cela fait partie de nos valeurs."

Cliquer sur le lien pour avoir tout le contenu